Denise-Pelletier
Création de :
Catherine Villeneuve

Récipiendaire

Lecavalier, Louise

Prix Denise-Pelletier 2017
Catégorie : Culturelle

Laval

Louise Lecavalier - lauréate
Photo : © Éric Labonté

Icône de la danse contemporaine, Louise Lecavalier crée, interprète, explore et se réinvente sans relâche depuis quarante ans. Totalement investie dans sa profession depuis 1977, elle pratique son art dans un esprit de constante recherche. Dans sa représentation inédite du corps de la femme sur scène et son acharnement à innover et à repousser ses limites à l’extrême, la danseuse emblématique a révolutionné la danse contemporaine. Intense et charismatique, elle est un modèle d’intégrité et de rigueur professionnelle.

Louise Lecavalier étudie le ballet classique et la danse moderne à Montréal et à New York. En début de carrière, elle se joint aux compagnies de danse Pointépiénu et Nouvelle Aire; elle travaille également pour des chorégraphes montréalais indépendants.

En 1981, elle fait la rencontre du jeune chorégraphe Édouard Lock. Leur collaboration provoque une onde de choc dans l’univers de la danse et lui donne un nouveau souffle. La symbiose entre ces deux artistes, convaincus que la danse peut parler autrement de l’humain, se poursuit jusqu’en 1999. Leur parcours commun avec La La La Human Steps est jalonné d’œuvres aux titres devenus mythiques, notamment Oranges, Businessman in the Process of Becoming an Angel, Human Sex, New Demons, Infante et 2, et de collaborations d’envergure avec David Bowie, Frank Zappa… Créations et tournées se succèdent à un rythme étourdissant, et la troupe, avec son énergie rock débridée, fait fureur à chacune de ses apparitions dans les théâtres et festivals internationaux, contribuant à un élargissement et à un renouvellement du public de la danse.

Figure de proue de la compagnie, d’une présence irradiante et d’une audace physique inouïe, Louise Lecavalier sera la plus éclatante incarnation du langage chorégraphique et scénique imaginé par Lock. Pour ce dernier, elle a su réinventer la relation entre l’interprète le public, qu’elle a touché par son courage, sa vulnérabilité et son honnêteté. On dira d’elle qu’elle est «  la danseuse la plus brillante et la plus tragique de notre époque » (Melody Maker, Londres). Elle quitte La La La Human Steps en 1999, marquant ainsi un tournant important de sa carrière.

Depuis 2005, Louise Lecavalier continue l’exploration de la danse contemporaine au sein de Fou Glorieux, sa propre compagnie. Dans une dizaine de productions, elle poursuit, en solo et en duo, une quête, tant physique que psychique, fondée sur la virtuosité, le dépassement de soi et la prise de risques.

« J’ai imaginé mon corps plus grand, plus enveloppant, plus puissant, plus subtil, plus parlant. J’ai imaginé que pour que mon esprit et mon âme vivent et témoignent, il leur fallait traverser mon squelette, mes veines, mes os et ma peau.

J’ai imaginé une danse, et en dansant, j’ai vu apparaître des monstres puissants et chimériques.

Je danse et me bats de toute ma force humaine pour que mon esprit, ébloui de mille beautés et contradictions, s’incarne. Je n’ai pas voulu laisser le corps en dehors de l’émoi et du chavirement de vivre ici, avec les autres, dans ce siècle. »

Dans la foulée de cette seconde carrière, elle n’hésite pas à aborder de plein fouet la création chorégraphique. So Blue et Mille batailles, ses deux premières créations à part entière, constituent des propositions chorégraphiques radicales et survoltées dans lesquelles elle laisse entendre sa voix, éminemment personnelle. Les deux œuvres connaissent un vif succès dans différentes saisons de danse et lors de festivals prestigieux en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Asie.

Louise Lecavalier se fait remarquer en diverses occasions par sa participation à des émissions de télévision, des expositions de photographies, des publicités, des défilés. Elle prend aussi part à des expositions muséales comme Corps rebelles, une œuvre présentée au Musée de la civilisation, à Québec, en 2015; et au Musée des confluences, à Lyon, en 2016. On la retrouve également comme interprète dans plus d’une dizaine de films, de documentaires et de vidéos. Elle décroche même un rôle à Hollywood dans le film Strange Days, réalisé par Kathryn Bigelow.

En plus de la reconnaissance internationale de ses pairs, quatre décennies d’engagement total dans le milieu de la danse lui ont jusqu’ici valu de nombreux prix et distinctions, notamment un Bessie Award qu’elle est la première Canadienne à remporter en 1985.

Pour Louise Lecavalier, la danse est synonyme de partage.

Véritable légende de la danse du XXe siècle, elle inspire des générations d’artistes et de spectateurs depuis ses tout premiers pas sur scène et elle continue d’imprimer sa marque dans le XXIe siècle, à la fois comme danseuse et comme chorégraphe.


Denise Pelletier
Qui était Denise Pelletier ?
 

Membres du jury :
Johanne Blouin
Marcel Dallaire
Jean-François Rivest
Francine Grégoire
Philippe Soldevila



Texte :
MCC