Récipiendaire

Peretz, Isabelle

Prix Armand-Frappier 2020
Catégorie : Scientifique

Bruxelles

Isabelle Peretz - lauréate

Il y a quelques années seulement, la musique appartenait au domaine des arts. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, avec l’essor de la neuroscience de la musique, et c’est à Isabelle Peretz que le mérite en revient. Au tournant des années 1980, alors que peu de recherches sont menées sur le sujet, la chercheuse nourrit la conviction que les compétences musicales, tout comme le langage, sont acquises naturellement et spontanément chez tous les êtres humains. Elle crée alors cette discipline scientifique qu’est la neuroscience de la musique, communément appelée l’étude du cerveau musical. Elle établit les bases empiriques de ce champ de recherche et le développe dans plusieurs directions.

Après avoir terminé son baccalauréat, sa maîtrise et son doctorat en sciences psychologiques à l’Université libre de Bruxelles, en 1984, Mme Peretz décide de s’installer à Montréal. Dès son arrivée à l’Université de Montréal, elle obtient l’une des rares bourses de chercheur universitaire auprès du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRSNG), pour explorer les circuits corticaux spécialisés sur lesquels pourrait reposer la cognition musicale. Ce faisant, elle remet en question l’idée généralement admise qui conçoit la musique comme le résultat d’un jeu de l’esprit sans enracinement biologique.

Par son approche, Mme Peretz démontre que la musique et le langage occupent bel et bien des modules différents du cerveau. Elle défend le fait que la musique est une fonction cognitive distincte de toutes les autres, y compris celle du langage. Par exemple, elle prouve que la musicalité peut atteindre des sommets inégalés chez l’autiste, lequel peut par ailleurs avoir un important retard du langage. Inversement, un accident vasculaire cérébral ou une maladie congénitale peut compromettre la musicalité sans toucher le langage. Ces découvertes ont eu un impact immédiat et considérable dans la communauté scientifique. La chercheuse a su fournir la preuve que la musique est ancrée dans la biologie.

Depuis 1986, Isabelle Peretz est professeure au Département de psychologie de l’Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en neurocognition de la musique. Elle a également fondé le Laboratoire international de recherche sur le cerveau, la musique et le son (BRAMS) en 2005 et l’a codirigé jusqu’en 2018. Le BRAMS, affilié à l’Université de Montréal et à l’Université McGill, est le plus important centre mondial spécialisé dans la recherche en neuroscience de la musique.

En plus de son parcours universitaire enviable, Mme Peretz compte à son actif 265 articles scientifiques, cités plus de 30 000 fois. La chercheuse a publié ses travaux dans des revues renommées comme Nature, Neuron, American Journal of Human Genetics et Journal of Neuroscience. Depuis le début de sa carrière, elle cumule les contributions remarquables telles que la mise sur pied de deux centres québécois de réputation mondiale et la création d’une revue savante open science et du congrès international Neurosciences and Music. Celui-ci a lieu tous les trois ans depuis plus de vingt ans; ses actes sont publiés dans les Annals of New York Academy of Sciences. Ces vecteurs, revue savante et congrès, auront été essentiels à la structuration du domaine à l’échelle internationale.

La professeure au Département de psychologie de l’Université de Montréal a d’ailleurs implanté en 2016 un cheminement en neurocognition de la musique au sein du baccalauréat en neuroscience cognitive. Cette formation québécoise est unique dans la francophonie.

Mme Peretz accorde une grande importance au transfert de connaissances et y consacre beaucoup de temps. À ce jour, elle a supervisé 29 stagiaires postdoctoraux, 36 étudiants au doctorat, 42 étudiants à la maîtrise et près de 90 stagiaires de recherche. En 2018, elle a publié à la très sérieuse maison d’édition Odile Jacob (Paris) un livre grand public, Apprendre la musique. Nouvelles des neurosciences, paru depuis peu en anglais et déjà traduit en espagnol. Membre de l’American Psychological Association et de la Société royale du Canada, la chercheuse a reçu plusieurs distinctions. Divers prix ont souligné plus particulièrement l’alliance audacieuse qu’elle a réussi à établir par-delà les disciplines : le prix Acfas Jacques-Rousseau (2009), le prestigieux prix Plasticité neuronale de la Fondation Ipsen et le Prix d’excellence du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies. En 2018, elle a été nommée membre de l’Ordre du Canada et officière de l’Ordre national du Québec.

Le Prix Armand-Frappier vient souligner les réalisations et le travail d’Isabelle Peretz, qui a fait du Québec le centre mondial de l’étude du cerveau musical. La neuroscience de la musique étant aujourd’hui un champ disciplinaire reconnu, effervescent et bien établi à l’échelle internationale, il est important de récompenser la chercheuse, qui en est la fondatrice et la figure de proue.


Armand Frappier
Qui était Armand Frappier ?
 

Membres du jury
Nada Jabado (présidente)
Karim Benyekhlef
Robert J. Vallerand
Pierre Marquet
Bertrand Reulet